[Total : 160    Moyenne : 2.7/5]

Noms communs : Corossol hérisse, huanábano, masasamba, corosol, graviola, anone brésilienne etc.
C’ est le un petit arbre (de 8 à 10 m de hauteur), qui ne cesse d´être cultivé dans presque toute l´Amérique tropicale.

Il a des fruits charnus de 15 à 20 cm de longueur, de saveur très agréable et qui sont industrialisés pour la préparation jus, nectars, marmelades, gelés etc.
Dans la médecine traditionnelle ses fruits sont utilisés pour combattre le manque de vitamine.
L´écorce, la racine et les feuilles sont utilisés pour traiter le diabète, (en infusion) mais aussi anti spasme.
Les feuilles écrasées avec du sel, appliquées comme emplastos s´utilisent pour tuer des tumeurs. Les feuilles sont aussi utiles en cuisson, comme digestifs.
Cependant aujourd´hui, son importance réside en la possibilite d´être utilisée dans le traitement du cancer, par la présence dans les feuilles de substances comme les acetogeninas, qui auraient une activité semblable à celle de certains produits qui sont utilisés en chimiothérapie (comme ce qui est adriamicina), avec la qualité de ne pas présenter leurs effets collatéraux.

La feuille de graviola corossol est recommandée pour le traitement naturel du cancer :
– Cancer de la bouche xx
– Cancer de la gorge
– Cancer de la langue
– Cancer de la peau
– Cancer de la prostate
– Cancer de la thyroïde
– Cancer de la vessie
– Cancer de l’estomac
– Cancer de l’estomac et du duodénum
– Cancer de l’oesophage
– Cancer de l’ovaire
– Cancer des bronches
– Cancer du col de l’utérus
– Cancer du côlon et du rectum
– Cancer du corps de l’utérus
– Cancer du foie
– Cancer du larynx
– Cancer du pancréas
– Cancer du poumon
– Cancer du rein
– Cancer du sein
– Cancer du testicule
– Leucémie lymphoïde chronique
– Leucémie myéloïde chronique
– Lymphome
– Myélome
– Tumeur de la moelle épinière
– Tumeur neuro-endocrine
– Cancer de l’os
– Tumeur cérébrale

Feuilles de graviola corossol bio

Feuilles de graviola corossol bio

Action des acetogeninas dans les cellules cancérigènes

Les acetogeninas, sont des substances cireuses qui résultent s´avèrent de la combinaison d´acides grasses de longue chaîne (C32 ou C34) avec une unité de 2-propanol dans le carbone 2 pour former un terminal lactona (cette lactona reste au début de la chaîne). Une étude effectuée à l´Université de Pardue en Californie, à démontré que les acetogeninas peuvent inhiber sélectivement la croissance de cellules cancérigènes et inhiber aussi la croissance des cellules de la tumeur, résistants à celui adriamicina (drogue chimatherapeutique), en respectant l´intégrité des cellules des tissus sains. Dans une autre étude effectuée par des scientifiques la même Université, on a démontré que les acetogeninas du corossol hérisse (graviola) sont extrêmement puissantes en ayant une ED50 (dose létale 50) de jusqu´à 10 – 9 microgrammes par millilitre, en résultant avoir quelque 10.000 fois la puissance de ce qui est adriamicina.
Des études effectuées entre 1998 et 2000 par McLaughlin et par Chih Hw, Chui HF ont révélé que les acetogeninas sont inhibitrices du complexe I de la chaîne en renforcant l´ oxydante et par conséquent bloquent la formation d´ATP ; énergie qui a besoin de la cellule cancéreuse qui met en marche sa bombe à moitié par P glucoproteíne, qui lui permet d´être maintenue active. Les acetogeninas, inhibent aussi l´ubiquinona oxidasa, enzyme dépendante du NADH qui est particulière dans la membrane plasmatique de la cellule cancéreuse. McLaughlin a effectué ses recherches avec les acetogeninas Bullatacin et Bullatacinone.

Comme nous pouvons voir les possibilités d´utilisation thérapeutique des feuilles de cette plante en contribuant dans le traitement de certains processus intelligents, ils sont très grands, il y a des études pre-clinique qui démontrent leur activité et dans une certaine manière aussi garantie par la médecine traditionnelle aux USA dans des cas de tumeurs malignes superficielles sous forme de emplasto des feuilles.

Il y a une information sur des réussites importantes dans un traitement de certains neoplasias avec cette plante. c´est pourquoi il reste l´espoir qu’avec de plus grandes études, surtout cliniques, et sa diffusion, sans être dépassé dans les doses recommandées nous disposions d’une autre importante arme thérapeutique offerte par la nature pour combattre contre ce fouet.


[Total : 35    Moyenne : 3.1/5]

Corossol arbre, qui est originaire du Mexique, Caraïbes, Brésil, Amérique Centrale, etc, se trouve également dans certains des autres régions tropicales à travers le globe.

L’arbre (Annona muricata), Appartient à la Annona genre et donc, est liée à l’arbre anone régulière, papaye arbres, Etc Corossol arbre est courte et touffue et a des feuilles vert foncé. Fruits Corossol est long avec une peau coriace vert qui a épineux, comme des excroissances. Ces fruits peuvent varier en taille ainsi que la forme. Ils peuvent atteindre un poids maximal d’environ 2,5 kg. Le fruit a une pulpe blanche avec des graines noires. Graines de corossol ne sont pas comestibles et sont habituellement mis au rebut.
La pulpe des fruits corossol a longtemps été utilisé pour la consommation humaine. Même aujourd’hui, il est mangé cru ou est utilisé dans la préparation des confitures, gelées, jus, glaces, bonbons, sorbets, etc La saveur de ce fruit est souvent décrit comme une combinaison de fraise, banane, ananas et d’agrumes. Il a des niveaux élevés de glucides et des quantités considérables de vitamines B, vitamine C, etc Corossol fruits ainsi que les autres parties de la plante, comme les feuilles, écorce, etc, ont été utilisés à des fins médicinales aussi. Des recherches récentes suggèrent l’efficacité de corossol pour le cancer. Laissez-nous jeter un oeil à divers aspects de l’utilisation de corossol pour le cancer.

Corossol graviola bio

Corossol graviola bio

Corossol bio pour le traitement du cancer

Corossol est un de ces arbres, ce qui est inclus dans la liste des médicaments à base d’herbes, comme un remède à plusieurs maux. Alors que les fruits mûrs et le jus de corossol. On dit de guérir l’urétrite, la sève de ses feuilles est appliqué par voie topique pour traiter les éruptions d’eczéma et de l’enflure. Même la chair de ce fruit est appliqué sur les plaies, pour une guérison plus rapide. Corossol est aussi de fruits utilisés pour traiter certaines maladies du foie, la lèpre, etc. Le thé de corossol est utilisé pour se débarrasser des poux de tête et dans le traitement des maladies de vésicule biliaire. Dans certaines régions, l’écorce des racines de corossol est utilisé comme antidote dans certaines formes d’empoisonnement. En savoir plus sur graviola extraire, Comme le corossol est connu en portugais.
C’est durant les années 1970, que le corossol valu beaucoup de publicité, comme certaines études a suggéré le rôle possible des corossol pour les remèdes contre le cancer. De cette période, diverses études ont été menées sur le lien entre le corossol et le cancer. Selon une étude de 1976 menée par l’Institut national du cancer, l’extrait dérivé des feuilles et des tiges de corossol peut s’avérer efficace en attaquant et détruisant les cellules cancéreuses. Après cela, diverses études ont été menées sur ce sujet et ils sont venus avec différentes suggestions positives au sujet corossol et guérir le cancer. Il a été suggéré que les ingrédients actifs sur l’extrait de corossol cibler les cellules malignes et non celles qui sont saines. Cela évite les effets secondaires de la chimiothérapie, comme, la perte de cheveux, perte de poids, etc Il a aussi été suggéré que le corossol peut être plus bénéfique que la chimiothérapie, Dans le traitement de certains types de cancer, comme, celui du colon, sein, prostate, poumon, pancréas, foie, etc Une étude menée par l’Université Nationale de Colombie affirme que le fruit du corossol est très efficace dans le traitement du cancer.
Cependant, il n’existe aucune preuve concluante de ces allégations au sujet du corossol contre le cancer. Il est maintenant utilisé comme un médicament à base d’herbes, dans certaines régions. Extrait de Corossol est également disponible en ligne. Une autre histoire à propos de l’utilisation de corossol pour le cancer, c’est qu’il a été gardé comme un secret, afin d’éviter d’énormes pertes aux compagnies pharmaceutiques.


[Total : 5    Moyenne : 3/5]

Le corossol bio antioxydant naturel puissant, appelé aussi corossol épineux ou encore anone, comme d’autres fruits des arbres du genre Annona, est le fruit du corossolier (Annona muricata, de la famille des Annonaceae), qui pousse en Afrique, en Amérique et en Asie, ce “superfruit”  a des propriétés très intéressantes en ce qui concerne la lutte contre le cancer.

Corossol bio fruit du corossolier

Corossol bio fruit du corossolier

Description

Il mesure jusqu’à 30 cm de long et peut peser jusqu’à 2,5 kg. Son aspect extérieur est d’un vert sombre du fait de son écorce piquée d’épines et sa chair est blanche et pulpeuse avec des graines noires indigestes. Au Brésil, ce fruit est appelé sopsop, en Guinée, graviola, à l’Ile de la Réunion, sapotille (qui vient du nom du fruit en Inde, Sapadille). En Indonésie, on l’appelle sirsak (du néerlandais zuurzak) ou nangka Belanda (“jacquier hollandais”) et en Malaisie, durian Belanda (“durian hollandais”), ce qui laisse entendre que ce fruit a été introduit dans la région par les Hollandais.
Alors qu’il est d’un goût bien différent, le corossol est parfois confondu avec la pomme-cannelle ou paw paw, fruit d’une autre espèce d’annonacée.

Composition

Sur le plan diététique, le corossol est riche en glucides, notamment en fructose, et il contient des quantités assez importantes de vitamine C, vitamine B1, et vitamine B2.

Utilisations

Alimentaires[modifier]
La chair du corossol est comestible et a un goût à la fois sucré et acidulé. Cela en fait un fruit exploité dans l’agro-alimentaire pour la confection de glaces. Son goût évoque pour certains celui des chewing-gums Malabar.

Médicinales

Tout comme les feuilles de la plante, la chair et les graines du corossol sont utilisées en médecine traditionnelle, dans de nombreuses traditions médicales. Les principales indications dans le cadre de médecines populaires sont les troubles du sommeil, les troubles cardiaques, les maladies parasitaires, les ectoparasitoses.
Une étude de 2011 a montré, in vitro et sur des souris, des résultats intéressants dans la lutte contre le cancer du sein

Autres usages

Les graines du corossol sont également utilisées au Guatemala, dans la région de Livingston, pour l’artisanat local (commerce équitable) dans une tribu indienne au bord du Rio Dulce (sculpture de tortues, lamantins, toucans et chouettes).

 


[Total : 10    Moyenne : 3.3/5]

Le corossol bio est le fruit du corossolier (annona muricata, de la famille des annonaceae), et révèle des propriétés antioxydantes très intéressantes surtout en ce qui concerne la lutte contre le cancer.

Il mesure jusqu’à 30 cm de long et peut peser jusqu’à 4 ou 5 kg.
Son aspect extérieur est d’un vert sombre, son écorce piquée d’épines.
Sa chair est blanche et pulpeuse avec des graines noires (indigestes).
Au Brésil, ce fruit est appelé graviola, et sapotille dans l’île de La Réunion (qui vient du nom du fruit en Inde, Sapadille),appelée encore soursop en anglais, guanabana en, espagnol ;ou,mang-cau au Vietnam ou encore thu-riankhaek en Thaïlande.

Corossol bio : le fruit magique

Corossol bio : le fruit magique

Bienfaits du corossol

Le corossol est un fruit énergétique ayant une forte teneur en glucides.
Il est riche en vitamine C, laquelle facilite l’absorption du fer (présent également dans le corossol).
Il contient également des fibres et des minéraux, notamment du potassium, calcium et magnésium…
La saveur sucrée du corossol permet de le consommer nature sans ajout de sucre. Il se déguste aussi en salade de fruits, jus ou sorbets et même cuit comme en Indonésie en flan ou gratin.
Pelé et débarrassé de ses graines, le corossol peut aussi être cuisiné.

Diverses manières de consommer le corossol bio

En tant que légume, il sera frit ou servi en beignets et accompagnera volontiers un rôti de porc ou un poisson poêlé.
La palette de son goût est riche et subtile : un mélange de fraises, ananas et citron amer, avec des notes de bananes, noix de coco et poires asiatiques.

Aux Antilles, on le consomme essentiellement en jus et glaces, mais j’aime à mélanger sa pulpe à certaines sauces aigres-douces qui se marient merveilleusement avec les poissons locaux.
Je le travaille aussi en coulis accompagnant soufflés à la mangue, en ganache chocolat “grand couva” de Trinidad et même en chutney pour certains currys.

Il est maintenant prouvé scientifiquement que ce fruit épineux possède des vertus thérapeutiques. Toutes les parties de cet arbre sont utilisées dans la médecine naturelle, rien n’est perdu puisque l’écorce, les racines, les fruits, les feuilles et les pépins sont tous bénéfiques pour la santé de l’être humain.

Selon les résultats des recherches de l’université américaine PURDUE, ce sont les feuilles de cet arbre qui sont plus importantes. En effet, elles peuvent détruire des cellules cancéreuses.
Ainsi, s’il vous arrive de faire chez vous du jus naturel, choisissez avant tout le jus de corossol, fruit au goût succulent et un de mes fruits préférés.

Recette: punch au corossol

Punch au corossol
1 corossol entier (utiliser seulement la pulpe) ou 300g de jus
150 g de jus de goyave rose
1 jus de citron vert
1/4l de rhum blanc agricole
1 pincée de noix de muscade

Laisser macérer au réfrigérateur 24 h.
(on peut aussi y ajouter 50 g de jus de lychee qui se marie très bien au corosso)l.

Recette: glace au corossol

Glace au corossol
3/4l de l.de lait et quelques fines tranches de gingembre.
Laisser macérer 1h et retirer le gingembre.
1/4l pulpe de corossol
50g de miel
200g de sucre
8 jaunes d’œufs

Blanchir les oeufs, le sucre et le miel, ajouter le lait chaud et cuire comme une crème anglaise. Ajouter la pulpe de corossol, laisser refroidir et mettre en sorbetière.


[Total : 4    Moyenne : 1/5]

Culture et récolte : Originaire de l’Amérique Centrale, cet arbuste est cultivé en Afrique, Inde et surtout Asie du sud-est. Les fruits sont surtout consommés en Guadeloupe. Mais la Graviola possède une longue et riche histoire dans son utilisation traditionnelle.

Nom latin : Annona muricata
Famille : Annonaceae
Synonymes : Graviola, soursop, guanabana, guanavana.
Partie utilisée : fruit, feuille, semence, écorce, racine

Propriétés biologiques 

Les propriétés de la Graviola sont très diverses et sont principalement dues aux acétogénines, composés naturels actifs des plantes de la famille des Annonacées. Les premières études ont été réalisées sur l’écorce et les racines selon la Pharmacopée anglaise de 1993.

Effet antibactérien et antiviral

De nombreuses propriétés bioactives des acétogénines en particulier des propriétés antiparasitaires, anti-microbiennes et antivirales ont été mis en évidence ce qui a permis de susciter un intérêt majeur de ces composés naturels dans ce domaine (1, 2, 5 et 7).

En effet, des études menées in vitro ont montré qu’un extrait alcoolique de Annona muricata possédait un effet inhibiteur sur la croissance du virus de l’Herpès de type 1 avec une concentration minimale inhibitrice (CMI) de l’ordre de 1mg/ml (6). D’autres expérimentations sont en cours afin de connaître le mode d’action.

De même, l’extrait du péricarpe de Annona muricata semble être plus actif que le Glucantime®, produit utilisé pour traiter certaines maladies parasitaires telles que les leishmanioses (4).

De plus, une lectine dont le taux d’affinité est élevé avec le glucose et le mannose, a été isolée des graines par chromatographie. Il s’agit d’une glycoprotéine constituée de 8% de carbohydrate et de cations bivalents tels que le calcium, magnésium et le manganèse. Cette lectine pourrait diminuer le développement de certains champignons (3).

Données de sécurité 

La Graviola est déconseillée chez la femme enceinte après le cinquième mois, sa consommation pourrait rendre les contractions plus douloureuses.

Lactoprotéines

La lactoprotéine utilisée dans Virocéan Fort est la lactoferrine, une glycoprotéine qui se lie au fer et qui possède des effets bactériostatiques et bactéricides. Elle est présente dans le lait de vache comme dans celui de la femme, ses concentrations dans le lait humain étant 5 à 10 fois plus élevées que dans le lait de bovin.

La lactoferrine appartient à la famille des cytokines, responsables de la réponse immunitaire cellulaire, qui protègent l’homme de la plupart des infections. Un déficit en cytokines peut conduire à un affaiblissement du système immunitaire tandis qu’un excès peut créer une réponse immunitaire suractivée. La lactoferrine agit en régulant la réponse immunitaire cellulaire à différents niveaux. Chez des individus en bonne santé, elle est en première ligne dans le système de défense immunitaire et protège des invasions infectieuses les ouvertures du corps, comme les yeux, la bouche, le nez et d’autres orifices.

Le second intérêt important de la lactoferrine repose sur sa capacité unique à se lier au fer, un minéral essentiel, utilisé par un vaste éventail d’organismes pathogènes et de tumeurs pour croître et se reproduire. La plus grande partie des activités biologiques de la lactoferrine est liée à sa très forte affinité pour le fer.

Ainsi, la lactoferrine joue un rôle dans les premières lignes de défense contre les organismes pathogènes invasifs, probablement en les privant du fer nécessaire à leur croissance. Délivrée dans les zones d’inflammation par les leucocytes polynucléaires, elle limite la disponibilité du fer pour les envahisseurs pathogènes, les empêchant ainsi de l’utiliser pour se multiplier.

Enfin, certaines sections des molécules de lactoferrine sont elles-mêmes directement toxiques pour les bactéries, les levures et les moisissures. Il semble que la lactoferrine inhibe la réplication de certains virus.

Graviola bio effet antibactérien et antiviral

Graviola bio effet antibactérien et antiviral

Zinc 

Le zinc est un oligo-élément, c’est-à-dire qu’on ne le trouve qu’à l’état de traces dans l’organisme. Il est présent dans toutes les cellules et serait nécessaire à plus d’une centaine de processus enzymatiques vitaux dans l’organisme. Il participe à la synthèse de l’ADN, de l’ARN et des protéines, à la croissance et surtout il joue un rôle clé dans les processus immunitaires et de guérison.

Une étude très récente de janvier 2006, réalisée in vitro a mis en évidence qu’une supplémentation en zinc chez des jeunes hommes permettait d’augmenter l’expression des cytokines et donc des facteurs d’activation du système immunitaire (1).

De même, de nombreuses études ont démontré qu’une supplémentation en zinc pouvait réduire de façon significative la morbidité et la mortalité d’enfants et diminuer la durée des infections aiguës. Ces effets ont été rapportés chez des enfants souffrant de diarrhées et d’infections respiratoires. Des études supplémentaires sont en cours afin de déterminer le mode d’action mais il semblerait que le zinc intervient au niveau de l’immunité cellulaire (2).

Cuivre 

Le cuivre est un des cofacteurs qui rendent actif la Super Oxyde Dismutase (SOD). Sa carence peut entraîner une plus grande sensibilité tissulaire à l’agression des radicaux libres. Ainsi, le cuivre agirait en enrayant le processus inflammatoire, et en augmentant la quantité d’antioxydants.

Cuivre et infections

La carence grave en cuivre de la maladie de Menkes est associée à un risque infectieux élevé, en particulier par pneumonie.

Chez l’animal, la carence en cuivre augmente la susceptibilité aux pathogènes (Listeria, Salmonelle), déprime les fonctions réticulo-endothéliales, la bactéricide granulocytaire et la synthèse d’anticorps. Ces perturbations sont attribuées à la baisse d’activité de la SOD et de la cytochrome C oxydase, ainsi qu’à celle de la céruloplasmine.

Les Apports nutritionnels conseillés

Chez l’homme, les ANC sont estimés à 2 mg/j et chez la femme, ils sont estimés à 1.5 mg/j.

Vitamine E naturelle

La vitamine E joue un rôle essentiel dans la protection de la membrane de toutes les cellules de l’organisme. Elle est antioxydante et empêche ou réduit l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL). La vitamine E a aussi des propriétés anti-inflammatoires, antiplaquettaires et vasodilatatrices.
Vitamine E et infections :

Une étude à double insu avec placebo réalisée en août 2004 a été menée auprès de 617 personnes âgées hébergées en centre d’accueil. Les résultats indiquent que la prise quotidienne de vitamine E durant un an a réduit légèrement les infections liées au rhume chez certaines personnes (1).
De plus, la vitamine E semble jouer un rôle dans les phénomènes allergiques. Une étude à double insu avec placebo, a été menée sur 112 sujets atteints de rhinite allergique (allergie saisonnière). Les résultats indiquent que la prise quotidienne de vitamine E, en conjonction avec un traitement anti-allergique classique, peut réduire les symptômes de cette affection, principalement ceux qui touchent les voies nasales : éternuements, congestion, écoulements et démangeaisons (2).
Par ailleurs, il est important de souligner que Virocéan Fort contient uniquement de la vitamine E naturelle et des études ont récemment démontré que les tocophérols « synthétiques » étaient moins bien assimilés que leurs équivalents « naturels » et que l’organisme les retenait moins longtemps dans ses tissus.

Vitamine B2

Encore appelée riboflavine, elle agit sur le métabolisme des sucres, des graisses et des protides, présidant ainsi à l’équilibre nutritif. Action favorable sur la peau et les muqueuses, elle joue un rôle dans le système immunitaire.
En effet, la riboflavine intervient de façon bénéfique sur les affections de la peau et des muqueuses, la séborrhée, les eczémas, certaines inflammations. Son mode d’action est peu connu mais plusieurs études sont en cours.


[Total : 2    Moyenne : 3/5]

Le corossol bio et la pomme cannelle sont deux représentants d’une famille botanique importante, non seulement par le nombre des espèces mais aussi par la richesse du point de vue chimique. A noter tout d’abord que le graviola possède des propriétés antioxydantes très intéressantes et aide notamment à lutter contre le cancer.

Le corossol

Le corossol bio

En Guyane seule, on a dénombré 56 espèces d’annonacées réparties en 13 genres.
Si le genre Annona est originaire d’Amérique tropicale, un autre genre important, Cananga ( l’ylang-ylang) provient du sud-est Asiatique.

Le Pomme cannelier est un arbuste ou un petit arbre originaire des Antilles et de l’Amérique du Sud, maintenant pantropical.
Il est capable de pousser même dans des terrains pauvres, en pente, plutôt secs, et peut servir à stabiliser des zones fragiles et dégradées; il n’est pas consommé par les chèvres ni les moutons.

Son fruit de 7 à 10 cm de diamètre, un peu arrondi, est couvert de tubercules qui lui donnent un aspect un peu écailleux, sa couleur est vert jaunâtre avec, à maturité, une tendance aux marbrures et aux reflets blancs ou bleutés. Il est alors facile à ouvrir, la pulpe un peu granuleuse et blanche contient beaucoup de graines brunes et brillantes.

Le Corossolier est un petit arbre toujours vert originaire de l’Amérique centrale et maintenant réparti dans toute la zone tropicale.

Son fruit caractéristique en forme de cœur, vert foncé et d’apparence épineuse, atteint 15 à 30 cm de long, il peut être un peu distordu parfois en forme de rein.

Très ferme quand il est vert, il devient mou et fragile à maturité, sa pulpe blanche, acidulée, aromatique contient beaucoup de graines noires ou brun foncé.

COMPOSITION CHIMIQUE ET PROPRIETES

Les deux fruits contiennent 15 à 20% de sucres.
Les feuilles renferment de l‘huile essentielle (voir lexique).
On trouve du camphre, du bornéol, du sitostérol dans les racines et les écorces de la pomme cannelle.
Un hétéroside cyanogénétique (voir lexique) est présent dans ces deux plantes.
Les graines contiennent 25 à 40% d’huile où prédominent les acides gras insaturés, mais aussi des substances toxiques.
Elles renferment aussi des acétogénines caractéristiques de la famille botanique: ce sont des composés aliphatiques à 35-39 atomes de C, cyclisés et terminés par un noyau lactone, qui présentent un potentiel intéressant : cytostatique voir lexique), antitumoral, antibactérien et insecticide, notamment dans les deux plantes décrites.
Enfin on trouve en abondance des alcaloïdes, au moins 14 dans la pomme cannelle.

UTILISATIONS

Les études pharmacologiques montrent que les extraits aqueux des tiges et des feuilles de la pomme cannelle sont un puissant adrénergique (voir lexique) provoquant bronchodilatation et accélération du rythme cardiaque; l’alcaloïde en cause est l’Higénamine a contrario, les alcaloïdes totaux des feuilles exercent une forte action acétylcholine mimétique avec par ailleurs des effets cytostatiques et antibiotiques (S. aureus, E. coli) chez le corossol bio, les effets sont également intriqués, ralentissement cardiaque mais stimulation respiratoire.
les deux plantes contiennent des alcaloïdes sédatifs: Liriodénine et Athérospermine.

Le corossol bio écrasé , pressé et filtré donne une boisson agréable, vitaminée et nourrissante; c’est encore meilleur en glace ou en sorbet.
La pomme cannelle à une chair plus fine et plus parfumée mais moins abondante.

L’infusion de feuilles est sédative, légèrement soporifique et utilisée comme telle par les populations créoles d’Amérique du sud. On baigne aussi les enfants trop nerveux dans une infusion tiède de feuille de corossol. Cette infusion de feuilles (corossol et surtout pomme cannelle) calme, par balnéation ou application, les érythèmes (voir lexique) solaires.

Les graines séchées sont pulvérisées sur les plantes ou incorporées dans le sol des champs de riz ou de légumes (en particulier au Vietnam) mais cette poudre insecticide est irritante pour les yeux et les muqueuses.
Au Brésil on utilise l’huile des feuilles de corossol bio pour combattre les parasites externes et comme lotion antinévralgique et antirhumatismale.

L’abondance des alcaloïdes et leurs effets variés, et même parfois opposés, réduit l’usage des extraits totaux, mais plusieurs composés sont particulièrement intéressants, par exemple l’Higénamine.


[Total : 4    Moyenne : 4/5]

A la découverte du graviola bio Corossol bio antioxydant naturel puissant

Partons à la découverte de ce fruit (ou superfruit) aux propriétés antioxydantes spectaculaires!

Nom scientifique : Annona Muricata
Famille : Annonaceae
Parties utilisées : feuilles
Utilisations : médicinale et alimentaire
Origine : Amérique du Sud Tropicale

Autre nom: Guanábana, Corossol

Présentation du Graviola Corossol bio

Présentation du Graviola Corossol bio

Description:

Petit arbre qui mesure jusqu’à 10 m de haut et qui pousse normalement entre 0 et 1.000 m d’altitude. Son origine est la partie tropicale d’Amérique du Sud, mais elle a été introduite dans de nombreux pays. Le feuillage est dense avec des feuilles simples, grandes et brillantes de couleur vert foncé. Les fleurs sont jaunes.
Le fruit est en forme de coeur ou ovoide, avec une peau verte recouverte d’épines tendres, la pulpe est blanche et juteuse, de saveur aigre-douce et les graines sont noires.

Propriétés du corossol bio:

– Anticancérígêne
– atitumoral – sédatif
– Anti-bactérien
– Antiparasitaire
– Antispasmodique
– Vasodilatateur

En traitement de:

– Cancer – tumeurs – Hypertension – anxiété – dépression

Composition chimique:

Lactoses: annohexocine, annomuricine A, B, C et E , annomutacine, annopentocines A, B et C, muricoreacine, gigantetronemine, murihexocine A et C, javoricine.
Isoquinolines: anonaine, anoniine, atherospermine, coreximine.
Lipides: acide gentisique, acide lignocérique, acide linoléique, acide stéanique.
ACETOGENINES de la feuille avec une ACTIVITE ANTICANCERIGENE:
bullatacin, bullatacinone, muricoreacin, murihexocin C, annomuricin A, annomuricin B, muricatocin A muricatocin C, muricapentocin.

ACTION DES ACETOGENINES DE LA GRAVIOLA FACE AU CANCER

Les acétogénines des annonacées, sont des substances céreuses qui résultent de la combinison d’acides gras de longue chaine (C33 ou C34), avec une unité de 2-propanol dans le carbone 2 pour former une lactone.
Une étude réalisée à l’Université de Pardue en Californie, a démontré que les acétogénines peuvent inhiber sélectivement la croissance des cellules cancérigènes ainsi qu’inhiber la croissance des cellules des tumeurs qui résistent a l’adriamycin (médicament chimiothérapique). Lors d’autres études, il a été démontré que les acétogénines de la guanabana (graviola) sont très puissantes avec une ED50 (dose létal 50) jusqu’à 10 – 9 microgrammes par millilitre, ce qui revient à 10.000 fois la puissance de l’adriamycin.

MODE D’ACTION DES ACETOGENINES DANS LA CELLULE CANCÉRIGÈNE

Les études réalisées dans les années 1.998 à 2.000 par McLaughlin et Chih Hw, Chui HF ont révélé que les acétogénines sont inhibores du complexe I de la chaîne de phosphorisation oxydative qui bloque la formation de ATP, énergie dont a besoin la cellule cancérigène pour mettre en fonctionnement sa bombe par P-glucoprotéine, qui lui permet de se maintenir active.
Les acétogénines inhibent également l’ubiquinone-ubiquinone oxydase, enzyme dépendante du NADH qui est propre à la membrane plasmatique de la cellule cancéreuse. McLaughlin a réalisé ses recherches avec les acétogénines Bullatacin et Bullatacinone.
Actuellement la propriété antimorale de la guanábana (graviola) a été patentée par 9 Compagnies étrangères.
La guanábana (graviola) est une plante dont on Peut profiter non seulement du fruit qui contient d’abondants nutriments et vitamines, mais également des propriétés médicinales de ses différentes parties, surtout des feuilles pour ses propriétés anticancérigènes.